Comment développer son intelligence sociale, quelques notions

155 Flares Twitter 146 Facebook 0 Google+ 8 LinkedIn 1 155 Flares ×

développer son intelligence socialeCela faisait longtemps que je n’avais pas parlé de relations humaines, d’intelligence sociale. Je vous l’avoue, cela m’avait manqué, à vous aussi peut-être ? Dans cet article j’ai envie de vous parler d’interactions sociales, d’intelligence relationnelle, cette intelligence si importante pour pouvoir évoluer avec aisance parmi les autres et pour enrichir sa vie.

Ce qui fait la qualité de votre vie avant que ce soit votre argent, le pouvoir, votre belle voiture, votre bel appartement, c’est la qualité des relations que vous entretenez avec les autres. L’intelligence sociale permet de développer sa qualité de vie et celle des autres.

Voici quelques notions et points importants pour développer son intelligence sociale, et comprendre le lien social.

Quelques notions pour développer son intelligence sociale

 

Apprendre à briser la glace :

briser la glaceCette expression exprime à quel point la communication est difficile. Avant d’aborder, chacun sent la pression et l’anxiété monter en lui, mais une fois que vous commencez à parler la peur retombe progressivement. Briser la glace c’est ça, aborder l’autre et faire tomber cette peur des deux cotés.

Les autres ne cherchent pas à vous évaluer au premier abords. Ils ne veulent pas savoir si vous êtes intelligent, cultivé ou intéressant. La première chose qu’ils veulent savoir, c’est s’ils se sentent bien avec vous. Les petites conversations futiles ou badinages trouvent toute leur utilité dans ces situations.

Savoir amorcer avec tact le contact avec l’autre :

Comment entrer en contact avec l’autre les premières fois ? Chercher à imposer tout de suite ses limites ou chercher à impressionner n’est pas très fin socialement. Cela à tendance à mettre l’autre sur la défensive. Lors des premiers contacts, sachez être rassurant. La première chose que demande votre interlocuteur c’est d’être rassuré sur vos intentions.

Savoir dire bonjour permet d’initier le contact, de reconnaitre l’existence de l’autre, de le rassurer, de lui donné des informations sur nous à son égard, lui montrer qu’il n’est pas seul et lui témoigner de l’estime.

Quand vous sortez dans un lieu ou les interactions sociales y sont fortement encouragées, les rassemblements, les bars, les clubs, la pire des choses à faire, c’est de rester seul dans son coin et de regarder. Dans ce genre de lieux, tout d’abord mettez-vous à l’aise avec vous-même et initiez rapidement un contact avec les autres. C’est ce qu’on appelle le savoir-vivre.

Ensuite, sachez discerner les personnes et leur statut social, celles qui sont là pour rendre service, le personnel du lieu, celles qui ont du pouvoir, celles qui ont de l’influence, celles qui veulent faire croire qu’elles ont du pouvoir, les clowns de service, ect … Cela vous donnera de bonnes informations pour évoluer.

Comprendre le rôle de la discussion futile :

Parler d’un sujet aussi anodin que la météo, que les enfants, ou les résultats sportifs permet d’établir le confort et de rendre le contact agréable. C’est aussi le cas avec le badinage en séduction. Cette phase est nécessaire pour constater si nous nous accordons suffisamment avec l’autre, pour savoir si nous avons envie de continuer la relation.

Les commentaires sur ce genre de sujets nous permettent de sentir combien nous partageons la même expérience. Elle nous permet de nous sentir appartenir à groupe commun.

Cette phase n’est pas anodine, elle permet de se montrer sans prendre trop de risques.

Être attentif aux autres :

Penser à soi-même c’est une très bonne chose, mais en situation sociale il faut agir avec discernement, et non avec égoïsme. Soyez attentifs aux autres, cherchez à comprendre pourquoi ils agissent de telle ou telle manière avant de vous faire une opinion, ayez de l’empathie.

L’empathie est une qualité incontournable pour développer son intelligence sociale.

Je vous conseil la lecture de Cultiver l’intelligence relationnel de Daniel GOLEMAN à ce sujet.

Analysez ce qu’il se passe autour de vous, quel est le propos de tout ce qu’il se passe ? Pour cela, décentrez-vous de votre personne et observez.

Cultiver ses relations sociales :

C’est prouvé scientifiquement, entretenir des relations sociales développe l’intelligence, et pas uniquement l’intelligence sociale.intelligence sociale

Plus vous sociabiliser plus vous développer vos capacités d’adaptations en fonctions des différents individus. Le fait d’avoir des repères sociaux, d’avoir un réseau relationnel rassurant est un terreau fertile pour la confiance en soi, pour l’activité neuronale et pour le développement de votre intelligence.

Vos relations sociales remplissent vos besoins relationnels. Suivant la Pyramide des besoins de Maslow, une fois un palier de besoins comblé, nous cherchons à combler celui situé plus au dessus. Donc une fois vos besoins relationnels humains comblés et que vous n’y pensez plus, cela vous rends bien plus aptes à vous concentrer et à faire évoluer des projets, atteindre des objectifs qui vous tiennent à cœur.

Cela vous serait plus difficile si vos besoins immédiats étaient criants.

Être curieux :

La curiosité est un des moteurs de l’intelligence. Pas de curiosité, pas d’enrichissement. C’est en observant, en lisant, en posant des questions que nous stimulons le cerveau.

De cette manière nous développons notre capacité à résoudre les problèmes, à élaborer des stratégies, à trouver des solutions et à les confronter avec d’autres !

Être curieux et avoir l’esprit ouvert stimule grandement les facultés intellectuelles. Intéressez-vous beaucoup à tout, et passionnément à certaines choses.

Ne pas étaler sa science :

Vouloir montrer que nous en savons plus que les autres, que nous avons plus de culture avec pour but de nous placer dans une situation de supériorité, cela n’est pas très intelligent socialement. En faite cela fait surtout fuir les autres et ne leur donne certainement pas envie d’être amis avec nous. C’est un excellent moyen de finir tout seul.

Nous pouvons être éblouis par quelqu’un qui nous en met plein la vue, mais il ne sert à rien d’en faire trop.

Nous nous sentons généralement mieux avec une personne qui nous permet de nous sentir plus intelligent et intéressant qu’avec une personne qui déballe tout son savoir.

Se faire confiance à soi et son intuition :

intuitionÊtre capable d’écouter son intuition cela nécessite d’abord d’avoir confiance en soi. Savoir écouter ses émotions en ayant confiance en soi permet de développer son instinct, son intuition.

C’est ce qu’on appelle l’intelligence interpersonnelle, ou intelligence émotionnelle. Elle permet de faire des choix rapides, de prendre des décisions efficaces sans avoir besoin de réflexion.

Cette intelligence est extrêmement importante dans le monde d’aujourd’hui. Être capable de comprendre ces propres émotions, comprendre ce qu’elles nous indiquent, savoir comprendre celles des autres est un atout considérable pour évoluer dans la vie, voir pour diriger ou mener les autres.

Faites-vous confiance et ayez confiance en ce que vous montre la vie.

Avoir de l’intelligence émotionnelle c’est souvent avoir des aptitudes à faire ressortir le potentiel parfois enfoui des autres.

Vous souvenez-vous des début d’Apple avec Steve jobs et Steve Wozniak ? L’un extraverti, très doué pour la communication, l’autre introverti, un génie de l’informatique. L’un sachant tiré profit du potentiel de l’autre pour en faire profiter le plus grand nombre. Nous connaissons tous la suite.

Maitriser ses émotions pour mieux contrôler sa vie :

Voici le premier pas vers la liberté. Si vous êtes capable de décider, de choisir quelle réponse adopter aux émotions que vous ressentez, vous êtes une personne libre. Maitriser ses émotions c’est la base pour devenir le leader de sa vie.

Comprendre les besoins humains de chacun :

Seuls ceux comprenant très bien la psychologie humaine sont capables d’évoluer aux mieux parmi les autres. Ceux-là sont en mesure de diriger les autres.

Si vous comprenez que les autres ont souvent un égo, si vous comprenez ce qu’ils désirent, si vous comprenez les réactions humaines quasi systématiques à certaines situations et stimuli, si vous comprenez pourquoi les humains qu’elles que soit leur niveau d’intelligence ou de culture ont des réactions qui peuvent sembler stupides aux premiers abords, si vous comprenez que les autres ont besoins tout comme vous de reconnaissance, d’estime, de respect, d’affection, ect … Alors vous êtes en mesure d’évoluer n’importe ou.

N’oubliez jamais que l’humain cherche à combler des besoins et des désirs.

Nous cherchons toujours à recevoir ce que nous voulons des autres, estime, respect, promotion, influence, argent, ect … Comprendre la psychologie humaine est un atout énorme pour développer son intelligence sociale.

Savoir gérer les différentes sphères relationnelles :

sphères relationnellesAmitié, intimité, cordialité. La distance relationnelle n’est pas la même partout. Prudence sur les mélanges.

Par exemple sur-investir votre entreprise en espérant qu’elles répondent à une grande partie de vos besoins humains n’est pas une bonne idée. En faite sur-investir une sphère relationnelle cela fait surtout naitre des conflits.

Sachez gérer les différentes sphères relationnelles, amitié, famille, connaissances, collègues. Toutes ces sphères n’ont pas pour vocation à répondre à tous vos besoins.

Sachez combler vos besoins à la source de différentes sphères relationnelles.

Une fois certains besoins comblés dans une sphère vous avez plus de facilité à évoluer dans les autres sphères.

 

Que pensez-vous de ces différentes notions pour développer son intelligence sociale ? Il y-a-t-il des choses que j’ai oublié de mentionner ? Laissez un commentaire !

Si cet article vous plait, partagez-le sur les réseaux sociaux !

 

Ressource : Pour en apprendre plus sur l’intelligence sociale, je vous conseil la lecture de Cultiver l’Intelligence Relationnelle de Daniel GOLEMAN

Crédit photo à la une : Robert T Bradley Photography

Vous avez aimé cet article ? Rejoignez Libres et heureux sur Facebook.

155 Flares Twitter 146 Facebook 0 Google+ 8 LinkedIn 1 155 Flares ×

A Propos de Julien Lucas

Je m’adresse aux aspirants entrepreneurs, aux indépendants, aux créatifs. Je les aide à élever leur vie et créer un business. Je parle business, blogging, entrepreneuriat, et un peu développement personnel. Objectif: créer une vie selon vos propres termes, vivre une Good Life!

Recevez ma Newsletter Inspirante et Pratique!

Chaque semaine, des idées, du contenu exclusif, des articles,
sur la carrière, pour créer un business et vivre votre meilleure vie.


  • http://bel-et-bien.net/bien-etre Danièle de Forme et bien-être

    Bonjour,
    En règle générale dans mon métier de professeur de danse je dois avoir une intelligence sociale si je veux faire passer le message mes élèves.
    Toutefois il m’arrive de faire des loupés. Et alors après coup je réfléchis à ce que j’aurais dû faire et dire pour ne pas braquer la personne qui n’a pas réussi.
    Il est vrai que mettre la personne en confiance est une première chose très importante et au fil du temps lorsque l’on connaît les chants on a tendance à l’oublier.
    Merci pour ce bel article.

  • http://www.komment-devenir-riche.com/ Guillaume de komment devenir riche

    Très bon article, par rapport à ton point : être attentif aux autres, il faut toujours se rappeler que nous avons 2 oreilles et une bouche, nous devons donc écouter 2 fois plus que parler… :)

  • http://quirecherche.info Stéphane de QuiRecherche

    Merci pour cet article très intéressant !
    Cultiver son réseau social est de plus en plus important aujourd’hui, et c’est une source d’épanouissement personnel. Trop de gens, protégés par l’anonymat qu’offre internet, se permettent de manquer de savoir-vivre et de curiosité, et c’est bien dommage pour eux : ils passent à côté de relations très enrichissantes.
    Il faut réapprendre à écouter les autres, à s’intéresser à leurs vies et ne plus se focaliser sur son petit nombril… et ce, que ce soit sur internet ou dans la vraie vie.

  • Julien

    @Stéphane
    Oui, parfois l’intelligence relationnel est la clé de bien des problèmes quotidiens.
    Tu as tout a fait raison sur le fait que l’intelligence sociale cela s’applique dans la vrai vie, mais aujourd’hui aussi tout autant sur internet ou une partie de notre histoire s’y écrit.
    @Guillaume
    Oui Guillaume j’ai hésité à mentionner ce point, savoir écouter autant que savoir parler. C’est à dire savoir le faire intelligemment en se demandant ce que ressent notre interlocuteur et quel est son besoin. ;)
    @Danièle
    C’est vrai que parfois on à tendance à oublier et à s’étonner que certaines choses évidentes pour nous ne le sont pas du tout pour les autres.

  • Blandine

    J’ai adoré cet article, trés vraisemblable;
    concret, et précis, je pense que les sphéres relationnelles sont aujourd’hui indispensables, ainsi que les besoins comblés; maslow, je pense que vous pouvez aussi mettre en liens les besoins fondamentaux de Virginie Henderson, les 14 besoins.

  • Julien

    Bonjour Blandine,

    Merci pour votre commentaire, j’apprécie que vous ayez apprécié. ;)
    Oui, il faut bien comprendre les sphères relationnelles. Les besoins relationnelles ne se comblent pas tous au même endroit. Bref, ne pas tout demander à ses relations de travail, à ses amis, ou à sa famille. Ils ne peuvent pas tout pour nous.

    A bientôt,
    Julien.

  • ahmat ebida

    excellent article, excellents conseils, moi je faisais partie de ceux qui veulent étaler leur connaissances dès le premier rencontre, maintenant je comprend pourquoi je n’ai pas beaucoup des amis.

  • http://www.herve.jibidar.wordpress.com Hervé Jibidar

    Merci pour cet article.Il m’a ouvert les yeux sur mes défauts.Je vais aussitôt mettre en pratique ces conseils.
    Encore une fois merci.

    • Julien

      Avec plaisir Hervé, heureux de vous avoir éclairé. Vous êtes le bienvenu.

  • Luc Vallerand

    Bonjour!
    Je crois personnellement que l’intelligence sociale a une dimension interaction site; soit une dimension communicationnelle et relationnelle à travers une dynamique interactionnelle dans un contexte donné qui conditionne, partiellement, un « scénario » ou « jeu de rôle ».

    Qu’en pensez-vous?
    Luc

    • Julien

      J’en pense que ce que vous dites est trop compliqué pour moi Luc! Bonne soirée.

  • Julie

    Sans vouloir vous contrarié, vous croyez maîtriser le sujet mais vous n’êtes même pas capable de répondre à une question, à essayer de comprendre et d’écouter, et de supposer une théorie pour approfondir le peu que vous savez et en connaitre d’avantage. Vous n’essayer même pas de prendre une minute d’attention, car vous vous croyez trop connaissant, et à faire votre intéressant vous ne donnez au gens l’envie d’y prendre attention, tout en voulant exagérer dans mes mots, je porte a croire que l’individus supposant une théorie chercher plus à en savoir et sais assurément plus que votre personne.

    Cordialement.

    • Julien

      Ma petite madame, ou mademoiselle,

      Je vous appelle petite car visiblement vous portez des jugement hâtifs. J’ai l’habitude.
      Il se trouve que l’attention des gens, je leur donne volontiers, je pose des questions fréquemment, je demande aux gens qui me lisent ce dont ils ont besoin, je répond a TOUTES les questions qu’on me pose, ici, par email, et sur Faceebook. TOUTES.

      L’article que vous lisez, c’est un article que j’ai écris il y a 1 an et demi, quand je débutais, et qu’à ce moment là personne ne m’écoutait, j’avais 0 audience.

      Et ce que je constate avec le temps, c’est que oui, sur ma thématique, réalisation personnelle/business, j’en sais plus que les autres, et je suis prêt à les aider, les servir.
      Si je peux vous aider j’en serai heureux, sinon tant pi et trouvez ce qu’il vous faut ailleurs.

      Voilà ma petite dame/demoiselle.
      Cordialement.

      • Fred

        Bonjour , j’aimerais exprimer ici 2 ou 3 petites choses… Premièrement , selon le texte de Jérémy , je suis très semblable à ce que j’ai pu lire de son texte…Je trouve que dire qu’il n’y à pas grand chose à répondre , c’est faible. Pour être capable d’aider , et à moins que je me trompe , vous le dites vous même dans votre très bon texte , il faut être capable de comprendre ce que vive les autres. Personnellement je trouve qu’il n’y à pas beaucoup de compréhension , mais plutôt des notions qui sont verballement écrite. Deuxièment , toujours en rapport avec le texte de Jérémy , mais aussi en lien avec la réponse de Julie. Votre réponse est vraie mais malheureusement très mal dites de sorte que  »besoin maladif de se faire aimer des autres » reste une chose que bien des humains ont besoin , pas d’amour peut importe soit-elle , elle fait du bien !! Certains en ont besoin plus que d’autres et je ne vois pas en quoi c’est mal , par contre que Julie répondre de tel sorte , n’a peut-être pas été compris , encore une fois à ca juste valeur. Bien s’exprimer n’est pas donner à tout le monde. Ce que je trouve déplorable de votre part , selon le texte que VOUS avez écris , y aller d’un  »petite madame » démontre clairement une frustration … Si vous prenez le temps de dire des choses et que vous même vous vous contrariez , peut-être faudrait-il revoir certaines chose !! La compréhension est l’une des meilleurs clefs , sans elle bien des portes se referme !! Voilà !!
        Par contre j’ai adoré vous lire !!

        Fred

  • Jérémy

    Bonjour Monsieur !

    Je suis en ce moment en pleine reconstruction, j’ai 32 ans aujourd’hui, depuis mes 19ans je me coupe un peu du monde…

    Parmi les diverses qualités que vous avez cité, j’en ai la plupart, celles qui me font défaut est ma créativité (on me dit créatif, seulement je ne maitrise pas le « truc ») et « ironiquement » les relations sociales, car très timide, mais surtout au au profond de moi. Etant adolescent je cherchais déjà à mieux me connaitre via les autres, ouvert, tolérant, compréhensif, et j’aime à comprendre puis expliquer certains comportements, par exemple. Vers 19ans déjà je posais la question aux autres « je ne sais pas qui je suis », une question qui hélas n’a jamais fait mouche. Replié sur moi-même pendant ~10 bonnes années (par nécessité, surtout…), je ne suis que très peu aigri, d’ailleurs je n’aime pas ça, et je sens toujours que j’ai ce sens du contact parmi les autres, je le vois très bien à la chaleur qui se dégage de certaines personnes que je peux rencontrer (service dans la rue, dans un club de sport…) mais elle ne fonctionne que, ou est vue trop souvent que par des personnes mûres, ~la cinquantaine.
    Néanmoins, je veux me reconstruire, et donc mon passage sur ce site s’explique, ;-), je pense acheter votre livre, car je sens bien que mes capacités intellectuelles, tellement peu épanouis via le circuit scolaire, commencent à me faire défaut… Pour faire court, je me pose cette question en ce moment : pourquoi moi, est ce que je ne cède pas au négatif, à l’aigreur, la frustration sociale… je ne me fais pas imposer, je n’impose pas… seulement voila, ma timidité sociale me bloque beaucoup… lire un article comme le votre me réconforte, et m’aide a conserver mon but, de sortir ma tête de l’eau…
    Auriez-vous un conseil pour améliorer ma créativité, mes relations humaines ? (je pensais au théâtre, mais j’hésite… j’ai peur), et si jamais vous m’avez lu jusque là et je vous en remercie, comment percevez-vous ce commentaire … ;-)
    Merci d’avance !
    Jérémy, un solitaire…. sociable….

    • Julien

      Bonjour Jeremy,

      Un long message. Très personnel. Auquel je n’ai pas grand chose à répondre.
      Ah si, je vois surtout que vous avez un besoin maladif de vous faire aimer des autres, et de vouloir être conforme. Déjà, ce n’est pas possible, et si vous arriviez, je doute que cela vous rendrez plus heureux…

      Pour améliorer votre créativité, vous avez à la travailler, tout simplement. Lancez-vous dans le domaine qui vous attire le plus.

      Cordialement.

      • Jérémy

        Merci d’avoir répondu

        Vous avez vu juste, c’est ce qui reviens souvent

        Bonne route à vous